Site dédié aux professionnels de santé

Lexique Gynécologie médicale

A /B / C / D E / F / G / M / P / R / S

 


A

Autoclave

L’autoclave est un appareil de stérilisation à vapeur d’eau saturée sous pression. Généralement utilisé dans le milieu hospitalier mais également en cabinet médical, l’autoclave permet la stérilisation des dispositifs médicaux. L’autoclave est composé d’un récipient avec un couvercle, ce qui permet une fermeture hermétique. L’autoclave fonctionne grâce au principe de l’évaporation : la cuve de l’autoclave fait monter la pression dans la chambre afin d’augmenter la température et effectuer une stérilisation à la vapeur.

Cette vapeur d’eau saturée détruit directement par hydrolyse les protéines des germes présents dans la chambre de l’autoclave au cours du cycle de stérilisation. Les dispositifs médicaux mis au contact de la vapeur d’eau saturée à une certaine température et sur une durée bien définie, sont ainsi stérilisés par fractionnement du vide et peuvent être utilisés sur le patient. Le dispositif médical est considéré comme stérile dès lors qu’il est désinfecté et dépourvu de risques de prolifération de micro-organismes. Le dispositif médical passé à l’autoclave doit être utilisé immédiatement après sa sortie de l’autoclave ou enveloppé dans un emballage qui permet de conserver sa stérilisation plusieurs jour ou semaines après la sortie de l’autoclave.

Seuls les autoclaves de classe B sont considérés comme de véritables stérilisateurs et par conséquent, peuvent être utilisés à l’hôpital ou dans le milieu médical.
Seuls les stérilisateurs de type B sont recommandés pour la stérilisation de dispositifs médicaux car ils permettent de traiter des dispositifs médicaux emballés.

Plusieurs dispositifs médicaux peuvent être stérilisés à l’aide d’un autoclave de classe B, tels que les dispositifs pleins (instrumentation chirurgicale…), creux (récipients, tubulures, matériel de diagnostic…) ou poreux (vêtements médicaux…) avec ou sans emballage.

L’hygiène est primordiale et doit être respectée dans tous les cabinets médicaux. La désinfection et la stérilisation du matériel permet d’éliminer tous les micro-organismes pathogènes présents sur votre matériel médical. La sécurité des patients est une exigence primordiale, et les médecins doivent répondre à des normes d’hygiènes strictes pour assurer une qualité des soins.

C’est pourquoi Gyneas a développé des instruments de désinfection et stérilisation de votre matériel médical (autoclaves, stérilisateurs, bacs à ultrasons…). Découvrez notre gamme d’autoclaves de classe B en acier inoxydable et finitions électro polies, respectant la norme EN13060. Tous sont dédiés à la stérilisation des corps creux, pleins, des charges poreuses et des objets emballés ou non. De plus, notre gamme complète est aussi composée de dispositifs d’acquisition des données des cycles de stérilisation avec enregistrement sur clé USB, d’imprimantes pour autoclave ou de papier adapté à ces mêmes imprimantes :

Autoclaves Midmark Classe B ; Autoclave à vapeur d'eau classe B Midmark 18L / 23L ; Autoclave icanClave classe B ; Autoclave Advance Pro 16L ; Autoclave Advance Pro 22L

Mais aussi des accessoires :

Rouleau papier pour imprimante - Boîtier Datalogger ; Boîtier Datalogger ; Gaines de stérilisation Sterilsop SX Hartmann ; Sachets de stérilisation Steriltop Hartmann ; Sachets de stérilisation autocollants pour autoclave ; Test de BOWIE Dick 3M Comply…

Les protocoles d'hygiène en cabinet médical sont très stricts. Ils imposent plusieurs étapes à respecter :

> Pré-désinfection : tremper le matériel médical dans du produit détergent désinfectant tels que Aniosyme DD1 – Hexanios G+R – Aniosyme PLA II

> Premier rinçage : rincer abondamment par trempage, ou par jet à l’eau du robinet ou à l’eau déminéralisée.

> Nettoyage : s’effectue dans un bain neuf avec le même détergent que celui utilisé pour la pré-désinfection

> Deuxième rinçage : rincer à nouveau par trempage, ou par jet à l’eau du robinet ou à l’eau déminéralisée.

> Séchage : le matériel médical est séché avant la stérilisation par autoclave ou désinfection à froid. Le séchage est réalisé avec un support propre, absorbant, non tissé ou avec un textile propre non pelucheux

> Désinfection chimique : désinfection totale à froid du matériel réutilisable et des dispositifs médicaux thermosensibles en utilisant le Steranios 2.% prêt à l’emploi.

Temps de trempage: 20 minutes (1 heure pour obtenir l’activité sporicide).
Temps de trempage: 10 minutes (30 mn pour obtenir l’activité sporicide).

 


 

B

Biopsie du col

La biopsie du col est un examen chirurgical qui consiste à prélever des cellules ou du tissu situé au niveau du col de l’utérus, portion du bas utérus. La biopsie du col est prescrite lorsque le médecin suspecte la présence de lésions anormales au niveau du col de l’utérus nécessitant l’exploration, suite à un frottis anormal ou à un « PAP test » ou encore dans le cadre de la surveillance de lésions traitées. Cet examen est effectué par un médecin ou un gynécologue, et le prélèvement est ensuite analysé au microscope. L'examen microscopique permet ainsi de déceler des anomalies cellulaires ou tissulaires.

La biopsie du col permet de faire le tri entre les cellules non suspectes qui ne nécessitent aucun suivi, les cellules anormales qui nécessitent un suivi mais pas de traitement immédiat et celles qui nécessitent un traitement rapidement.

Avant de prélever des cellules ou du tissu, le gynécologue va réaliser une colposcopie. Cet examen permet au médecin d’explorer le col de l’utérus et du vagin à l’aide d’un colposcope. Cet appareil optique grossissant permet de visualiser le col utérin. Cet examen se déroule dans un cabinet médical. La patiente est allongée sur le dos, les parois vaginales sont écartées à l'aide du spéculum. Le praticien va nettoyer le col de l’utérus et va poser deux solutions : de l'acide acétique et une solution de Lugol. L’acide acétique permet de blanchir les zones où se situent les lésions. La solution de Lugol permet de délimiter les zones suspectes. Le gynécologue va ensuite placer le colposcope devant le vagin. Cet appareil est souvent relié à un moniteur vidéo. A l’aide de petites pinces à biopsie, il va pouvoir prélever des échantillons, qui seront placés dans un flacon immédiatement après l’examen. Ces échantillons sont ensuite étudiés au microscope dans un laboratoire d'histopathologie.

Les Laboratoires Gyneas accompagnent et répondent aux besoins des gynécologues depuis des années.  Ils sont les experts de la gynécologie médicale (Exploration fonctionnelle, prélèvements, biopsie vulvaire, implants contraceptifs, pessaires, biopsie endomètre, proctologie, colposcopie, insémination artificielle) ; du traitement du col : (Electrodes cervicales, électrodes coagulation, spéculums éclairants) ; ainsi que d’autres domaines d'intervention (Traitement du col, sets de pansement, sets d'intervention...)…

Afin de répondre au mieux aux besoins des gynécologues et compte tenu de la diversité des domaines de la gynécologie, Gyneas sélectionne et propose la plus large gamme de produits, matériels et dispositifs gynécologiques pour vos biopsies du col, avec bien évidemment les produits les plus référents de la gynécologie :

-Prélèvement - Frottis et biopsie : écouvillons gros modèle non stériles ; lame porte objet ; pince à biopsie du col Gyn&Push ; spatule d'Ayre en plastique-[Type brossettes:Non stérile] ; brossettes cervicales non stériles à usage unique- Ø 5.5 mm avec boule ; fixateur bomb spray CytoRAL ; brossettes cervicales à usage unique ; boîte postale 2 lames ; punch à biopsie stérile Kai ; spatule d'Ayre ; lamelles couvre-objets…
-Pinces à biopsie et curetage : pince à microbiospie 180 mm ; pince à biopsie métal Classique Tischler TITANIUM ; pince à biopsie Métal micro-tischler TITANIUM ; pince à biopsie Mini Tischler inox ; manche pour pince à biopsie ; spéculum endo-cervical Kogan avec crémaillère TITANIUM…
-Canules de biopsie utérine : canule de Novak inox ; canule de Novak Titanium…
-Consommables de colposcopie : solution de Lugol 2% ; solution acide acétique 5% ; cupules plastiques à usage unique pour colposcopie ; écouvillons colposcopie non stériles à usage unique…
-Traitement du col : électrochirurgie ; cryothérapie…

 

Blouse de protection


Suite à la pandémie du Covid-19, des mesures sanitaires drastiques ont été mises en place afin d’éviter la propagation du virus. Distanciation sociale, nettoyage des mains avec un gel hydro alcoolique ou avec de l’eau et du savon, port du masque, blouse de protection, les professionnels de la santé ont dû s’adapter pour assurer leur protection ainsi que celle de leurs patients.

La protection médicale est indispensable dans tous les cabinets, elle permet d’éviter les contaminations croisées. En raison de la proximité exigée avec leurs patients, les gynécologues sont très exposés au risque de contamination, la blouse de protection est un élément indispensable pour vous protéger et protéger vos patients de toute contamination. La blouse de protection convient aussi bien aux professionnels de la santé qu’aux visiteurs.

La blouse de protection protège la peau ainsi que les vêtements de contaminants tels que les fluides corporels ou encore, les produits chimiques. Cet équipement de protection individuelle est le plus souvent complété par d’autres protections telles que la charlotte, le masque et les sur chaussures.

La blouse de protection est en non-tissé, ce qui rend la blouse imperméable. Elle est composée de polypropylène, matière connue pour être très résistante à la flexion et aux risques de déchirures.

La blouse de protection est conçue pour résister à la pénétration par le sang ou les liquides corporels.

Il y a toute une procédure pour enfiler et retirer sa blouse de protection. Il est primordial de respecter ses consignes sanitaires afin de limiter la propagation des micro-organismes :

Etapes pour mettre sa blouse de protection

> Retirer tous vos objets personnels (montre, bijoux, téléphone...)
> Laver vous les mains avec un gel hydro alcoolique ou avec de l’eau et du savon
> Retirer la blouse de sa protection, et vérifier qu’elle n’est pas trouée ou déchirée.
> Enfiler la blouse, et s’assurer qu’elle recouvre bien toutes les parties de votre corps
> Nouer les cordons qui se trouvent au cou et à la taille
> Enfiler une paire de gants sur la manche

Etapes pour retirer sa blouse de protection

> Retirer vos gants
> Dénouer les attaches qui se trouvent au cou et à la taille sans toucher les parties de votre corps, avec les manches de la blouse
> Retirer la blouse de protection vers l’avant, en tenant les attaches du cou et en tirant sur chaque manche pour que la blouse se replie sur elle-même. Veiller à ne pas toucher l’extérieur de la blouse
> Rouler la blouse en boule, en l’éloignant bien de votre corps
> Jeter la blouse dans un contenant adapté
> Laver vous soigneusement les mains à l’aide d’une solution hydro alcoolique ou avec de l’eau et du savon.

Soucieux d’assurer la sécurité et le bien-être de ses clients, Gyneas a choisi toute une gamme de blouse de protection de qualité, qui répond aux normes d’hygiène et de sécurité :
- Blouse de protection : Blouse protection à usage unique - sachet de 10 Raffin ; Blouse visiteur Taille XL ; Blouse de protection en polypropylène blanche U.U LCH ; Blouse de protection bleue taille unique – 25 g ; Tablier de protection LCH ; Sur-blouse blanche en tissu lavage SNV ; Blouse visiteur à usage unique LCH ; Blouse protection manches longues LCH ; Blouse protection à usage unique avec poignets élastiques - sachet de 10...

- Blouse professionnelle : Blouse mixte classique blanche ; Blouse mixte à manches courtes SNV ; Blouse mixte Kimono SNV...


 

C

Contraception

La contraception correspond à l’ensemble des méthodes utilisées par la femme pour éviter la fécondation.  La contraception est prescrite par un gynécologue ou une sage-femme.

Plusieurs méthodes contraceptives sont utilisées :

La contraception hormonale :

-          La pilule : administration d’hormones par voie orale. La pilule de contraception est le moyen contraceptif le plus utilisé. Il existe deux types de pilules contraceptives : les pilules combinées qui contiennent un œstrogène et un progestatif, et les pilules qui sont uniquement progestatives. 

-          L’anneau vaginal : c’est un anneau très souple en silicone, d’environ 5 centimètres. Il est imbibé d’hormones et les diffuse dans les tissus vaginaux et dans le sang, assurant ainsi un effet contraceptif. Placé dans le vagin comme un tampon, il se garde pendant 3 semaines. 

-          L’implant contraceptif : c’est un petit bâtonnet cylindrique,  en plastique de 4 centimètres de long et 2 millimètres de diamètre. L’implant est inséré sous la peau du bras et va libérer dans le sang une hormone progestative de synthèse, pendant 3 ans. Il doit être posé et retiré par un praticien (un gynécologue, une sage-femme…).  

 

La contraception locale :

-          Le préservatif : c’est une gaine très fine, le plus souvent en latex. Il se pose et se déroule sur le pénis. Il permet d’éviter la rencontre des spermatozoïdes et des ovules, empêchant ainsi une fécondation. 

-          Le préservatif féminin : c’est une gaine cylindrique en nitrile ou en polyuréthane, qui possède un anneau souple aux deux extrémités. Il se place dans le vagin, et empêche le contact entre les organes génitaux de l’homme et de la femme, lors d’un rapport sexuel. 

-          La cape cervicale : c’est une sorte de capuchon en silicone, qui se place dans le vagin et qui vient recouvrir le col de l’utérus, pour empêcher le passage des spermatozoïdes vers l’utérus. La cape cervicale se pose soit au moment du rapport sexuel soit 2 heures avant. Il est préférable d’utiliser un gel spermicide lors de sa pose. 

-          Le diaphragme : c’est une coupelle en silicone ou en latex, qui se place dans le vagin, au contact du col de l’utérus. Le diaphragme empêche également le passage des spermatozoïdes à l’intérieur de l’utérus. Son efficacité est plus importante en association avec un gel spermicide. 

 

La contraception intra-utérine :

-          Le stérilet hormonal, appelé aussi Système Intra-Utérin : il se présente sous la forme d’un T, d’une taille d’environ 3 centimètres. La pose ou le retrait du stérilet hormonal se fait par un gynécologue ou une sage-femme. Le praticien va l’insérer dans l’utérus de la femme, et le stérilet va libérer un progestatif en continu (le lévonorgestrel). Le SIU protège contre une grossesse non désirée pendant 3 à 5 ans et peut-être retiré à tout moment par le médecin. 

-          Le stérilet au cuivre, appelé Dispositif Intra-Utérin : c’est un dispositif contraceptif au cuivre, en forme de T, qui mesure 3.5 centimètres. C’est un moyen de contraception qui ne contient pas d’hormones. Le DIU est placé par un gynécologue ou une sage-femme dans l’utérus de la femme. Le cuivre rend les spermatozoïdes inactifs et provoque une légère inflammation de l’utérus. La paroi de l’endomètre se modifie et bloque la nidation.

 

Il existe toute une gamme de produits contraceptifs Gyneas, conçus pour les gynécologues ou les sages-femmes, praticiens qui accompagnent les femmes dans leur choix de contraception.

Découvrez la nouvelle méthode contraceptive FemCap, cape cervicale en silicone, qui bloque le passage des spermatozoïdes dans l’utérus. La FemCap s’utilise avec un gel spermicide.

Gyneas vous propose également :

-          des kits de pose ou retrait stérilet, au cuivre ou hormonal.

-          des sets de pose et de retrait d’implant.

 

Coronavirus

A la une de tous les journaux, le coronavirus nCov 2019 est le centre de toutes les préoccupations dans le domaine médical.

Qu’est-ce que le coronavirus nCov 2019 ? Quels sont les symptômes ? Et comment s’en protéger ?

  • • Le coronavirus nCov 2019 est un virus à AR N (l'acide ribonucléique) responsable d’infections respiratoires et digestives qui touche aussi bien l’homme que l’animal. Il existe 7 formes différentes de coronavirus. 4 qui sont les moins graves : 229E, NL63, OC43, HKU1 et 3 plus dangereuses : SRAS-CoV, Mers-CoV et le 2019-nCoV identifié en Chine en 2019.

  • • Les symptômes du coronavirus nCov 2019 apparaissent moins de 24h après l’infection : mal de tête, gorge irritée, toux, fièvre, sentiment général de malaise. Dans les cas les plus graves, le virus peut provoquer des maladies respiratoires inférieures comme la pneumonie ou la bronchite.

  • • A ce jour, il n’existe aucun traitement pour soigner le coronavirus nCov 2019. Cependant, il est possible de réduire le risque d’infection en adoptant des gestes simples et en appliquant des mesures de protection simples. Pour limiter la propagation de l’infection du coronavirus, il est important de :

  •      •Se laver régulièrement les mains avec de l’eau et du savon ou alors avec des solutions hydro-alcooliques tels que le Sanisnap Pro 500 Ml. Cette solution désinfectante s’utilise de manière quotidienne ou lors d’épidémies ou virus. Non irritant, sans odeur et sans alcool cette solution désinfectante laisse sur vos mains un film protecteur antibactérien qui assure jusqu’à 8 heures de protection. Ou alors avec des gels hydro-alcooliques Aniosgel 85, Aniosgel 800, Aniosgel 85 NPC qui permettent de se désinfecter les mains rapidement sans eau.

  •      • éviter les contacts avec les personnes malades

  •      • ne pas se touche les yeux, le nez ou la bouche si les mains ne sont pas lavées

  •      • porter un masque : se couvrir la bouche et le nez en cas de toux et d'éternuements, permet de prévenir la propagation de l'infection. Le masque FFP2, masque de protection respiratoire est le masque le plus adapté à cette situation. Cependant, le masque chirurgical permet de protéger son entourage et peut également s’avérer utile à condition de ne pas glisser sa main sous son masque pour se gratter le visage par exemple.




D

Désinfection du cabinet

Travailler dans un cabinet sain et hygiénique est primordiale. Les médecins doivent répondre à des normes d’hygiènes strictes pour assurer une qualité des soins. La désinfection du cabinet et du matériel médical permet d’éliminer tous les micro-organismes pathogènes présents.

L’hygiène médicale comporte 3 phases :

> Le lavage des mains avec un gel hydro-alcoolique ou avec de l’eau et du savon 
> Le nettoyage et la désinfection des instruments médicaux avec des produits de décontamination
> La désinfection des sols et surfaces du cabinet médical avec un détergent désinfectant. Ce dernier doit contenir au moins un principe actif reconnu pour ses propriétés bactéricides, fongicides, sporicides ou virucides.

La désinfection du cabinet médical est une priorité. Elle permet aux praticiens de réaliser leurs interventions dans les conditions optimales de sécurité et d’asepsie. L'asepsie est une méthode préventive qui permet d'empêcher la contamination d'une surface ou bien d'une zone, par les bactéries. Le praticien doit après chaque passage se laver les mains, désinfecter son matériel médical car chaque appareil médical entrant en contact avec le patient devient alors porteur de bactéries, tout comme le support sur lequel le médecin pose cet appareil. Enfin, nettoyer et désinfecter les surfaces et les sols. 

La désinfection est un processus important car elle permet d’éliminer les organismes pathogènes présents sur votre matériel médical, qui doit être nettoyé au préalable. Désinfecter son dispositif médical permet d’éviter la transmission des bactéries aux autres patients.

Gyneas met à votre disposition une large gamme complète de produits pour la désinfection et stérilisation de votre matériel médical mais aussi, pour nettoyer votre salle d’examen du sol au plafond :

Désinfection des mains : Solution hydroalcoolique mains 100ml ; Gel hydroalcoolique mains 100ml Diabelle Laboratoire ; Gel hydroalcoolique - Vitalac - 5L ; Gel hydroalcoolique 250 ml HygiPro ; Lingettes humides hygienisantes main Salustar...

Désinfection du matériel et des surfaces : Wip’Anios Excel – Lingettes biodégradables nettoyantes et désinfectantes ; Panier pour bac à ultrasons ; Anios Clean Excel D -B/ 200 doses ; Anios Clean Excel D flacon doseur 1L ; Nettoyeur à ultrason BPAC 0.8 litre...

Les protocoles d'hygiène en cabinet médical sont très stricts. Ils imposent plusieurs étapes à respecter :

• Pré-désinfection : tremper le matériel médical dans du produit détergent désinfectant tels que Aniosyme DD1 – Hexanios G+R – Aniosyme PLA II

• Premier rinçage : rincer abondamment par trempage, ou par jet à l’eau du robinet ou à l’eau déminéralisée.

• Nettoyage : s’effectue dans un bain neuf avec le même détergent que celui utilisé pour la pré-désinfection

• Deuxième rinçage : rincer à nouveau par trempage, ou par jet à l’eau du robinet ou à l’eau déminéralisée.

• Séchage : le matériel médical est séché avant la stérilisation par autoclave ou désinfection à froid. Le séchage est réalisé avec un support propre, absorbant, non tissé ou avec un textile propre non pelucheux

• Désinfection chimique : désinfection totale à froid du matériel réutilisable et des dispositifs médicaux thermosensibles en utilisant le Steranios 2.% prêt à l’emploi.

Temps de trempage: 20 minutes (1 heure pour obtenir l’activité sporicide).
Temps de trempage: 10 minutes (30 mn pour obtenir l’activité sporicide).


• Désinfection des sols et des surfaces : Surfa’ Safe Premium – Mousse détergente et désinfectante Anios ; Aniospray surf 41-[Conditionnement Anios:Flacon 1l ] Anios ; Aniospray Surf 29 Anios ; Anios TS Inox Premium ; Détergent désinfectant Phago'surf 5L ; Phago'SOFT ; Bacillol - Désinfectant 750 ml Hartmann ; Spray nettoyant désinfectant Wyritol - flacon 750 ml ; Balai à frange microfibre...

 

Doppler fœtal 

Le doppler fœtal est un appareil indispensable dans un cabinet de gynécologique. Composé d’un casque et d’un petit boîtier, le doppler fœtal permet d’observer l’activité prénatale chez une femme enceinte à partir de la dixième semaine de grossesse seulement (ou 12 d’aménorrhée).

Le doppler fœtal est utilisé afin de :

- détecter le pouls du bébé
- écouter le cœur du bébé
- déceler des anomalies voire certaines pathologies gestationnelles.
- vérifier la circulation du sang dans les artères de l’utérus
- s’assurer d’une bonne circulation dans les vaisseaux du cordon ombilical


Le doppler fœtal est composé d’un petit boîtier sur lequel est branchée une sonde. Cette sonde est dotée d’une extrémité plate et est placée sur l’abdomen de la femme enceinte. Le doppler fœtal utilise la technique des ultrasons, il ne permet pas de visualiser des images mais fournit des sons.

Pour cet examen, la patiente est allongée sur le dos, sur un divan d’examen. Afin de s’assurer de la bonne propagation des ondes, il est important que la femme enceinte n’applique pas de crème sur son ventre durant les heures précédant l’examen. Avant de commencer l’examen, le gynécologue applique du gel de contact afin de s’assurer de la bonne conductivité des ultrasons.

Les ondes, en se réfléchissant sur les organes en mouvement du fœtus renvoient à la sonde une fréquence d’arrivée différente de la fréquence d’émission. Cette fréquence calcule la vitesse et la direction des globules rouges du fœtus. Cela permet au gynécologue ou à la sage-femme de récupérer des informations utiles sur le rythme cardiaque du bébé et de déceler d’éventuelles anomalies.

Cet examen est non-invasif et indolore. Le doppler est constitué de telle sorte qu’il permet une parfaite isolation des bruits parasites pour une analyse facilitée.

Cet examen est réalisé le plus souvent en cas d’une grossesse à risque : hypertension, diabète gestationnel, grossesse gémellaire ou encore pré-éclampsie (pathologie de la grossesse qui est caractérisée par une augmentation de la pression artérielle).

Gyneas a sélectionné pour vous toute une gamme de doppler fœtaux adaptée à vos besoins. Il est important de bien choisir son doppler fœtal. Au moment de faire votre choix, référez-vous aux critères de sélection suivants :
 
Le poids du doppler fœtal : le choix du poids de l’appareil doit se faire en fonction de son utilisation quotidienne ou non. Un doppler fœtal léger facile une meilleure prise en main. Généralement, le poids du doppler fœtal oscille autour de 300g. Cependant, il existe toute une gamme de doppler fœtaux de poches de 200g. Ces appareils plus légers sont adaptés pour les visites à domicile.

La bande de fréquence du doppler fœtal : d’une fréquence comprise entre 2 et 8 MHz, le doppler fœtal permet une analyse plus ou moins fiable du rythme cardiaque.
 
Le type de doppler fœtal : il existe différents types de doppler fœtaux : ombilical, cérébral et utérin.
Chaque doppler permet une analyse minutieuse d’une ou plusieurs variables spécifiques. Le doppler ombilical permet d’estimer le flux sanguin du cordon ombilical. Le doppler cérébral fournit des informations complémentaires sur le flux sanguin des artères cérébrales. Il permet aussi de diagnostiquer une éventuelle hypoxie (manque d’oxygène). Enfin, le doppler utérin contrôle le débit sanguin dans les artères utérines. 

 
Découvrez les doppler fœtaux de la marque Gyneas : Doppler fœtal professionnel Gyneas mais aussi Doppler Fœtal PD1 Ultra tec ; Doppler Fœtal PD1+ Ultra tec ; Doppler Sonotrax Edan ; Détecteur de pouls fœtal D920 ; Edan Doppler foetal SD1 3MHZ…
Parmi les accessoires les Sondes pour doppler Spengler ; Piles Energizer Advanced…

 


 

E

Échographie

L’échographie est un examen médical qui repose sur une technique d’imagerie employant des ultrasons. Utilisée en médecine humaine mais aussi vétérinaire, l’échographie permet d’observer plusieurs organes du corps situés au niveau du petit bassin, du cou, de l’abdomen (thyroïde, ganglions, foie, rate, pancréas, reins, vessie, organes génitaux) mais aussi les vaisseaux (artères et veines), les ligaments et le cœur. L’échographie permet de diagnostiquer des pathologies, des malformations ou encore des tumeurs. L’échographie est un examen indolore qui s’effectue le plus souvent par voie externe mais il arrive que le praticien fasse une échographie interne afin de mieux observer certains organes tels que le vagin, le rectum… Elle est pratiquée par un médecin échographiste ou radiologue.

L’échographie est également l’outil indispensable lors du suivi de grossesse et va permettre au médecin d’étudier avec précision la croissance du fœtus, détecter d’éventuelles anomalies et déterminer le sexe du bébé.

Lors d’une grossesse, trois échographies principales sont à effectuer : l’échographie de datation, l’échographie morphologique et enfin, la troisième échographie.

1. L’échographie de datation : elle correspond à l’échographie du premier trimestre. Elle est réalisée en 11 et 13 semaines d’aménorrhée et permet au médecin de vérifier que le fœtus ne présente aucune anomalie. Le médecin va contrôler le nombre de fœtus, sa morphologie, sa vitalité, la quantité de liquide amniotique et la présence du trophoblaste et il va mesurer la clarté nucale.

2. L’échographie morphologique : elle a lieu autour de la 22ème semaine d’aménorrhée et permet de déceler d’éventuelles malformations fœtales non détectables lors de la première échographie. Cette deuxième échographie va également permettre de déterminer le sexe du bébé.

3. La troisième échographie : elle se fait autour de la 32ème semaine d’aménorrhée. Cette dernière échographie est essentielle pour contrôler la bonne croissance du bébé et préparer l’accouchement.

Des échographies supplémentaires avec la technologie 3D ou 4D permettent de voir le bébé en trois dimensions et en mouvement.

L’échographie est réalisée à l’aide d’un appareil appelé échographe, appareil dont la technique d’imagerie est basée sur l’utilisation d’ultrasons, qui permet de dépister de nombreuses pathologies. Grâce à une sonde, le médecin va pouvoir visualiser des images de l’intérieur du corps. Pour une meilleure précision, le médecin échographiste ou radiologue va utiliser un gel écho ou gel de contact sur la peau pour s’assurer de la bonne conductivité des ultrasons.

Dans une salle d’échographie, on retrouve les éléments suivants :

> La sonde qui est reliée à l’appareil par un câble
> L’écran vidéo qui permet au médecin de visionner les images en direct
> Le système informatique
> Et le panneau de commande avec les différentes touches

Gyneas, votre expert depuis plusieurs années, a sélectionné pour vous du matériel de qualité pour vous aider à réaliser vos échographies en toute confiance et sérénité :

Echographe : échographe portable DUS60 EDAN (unité centrale) ; échographe portable couleur Vinno 5 - Unité centrale ; échographe Vinno 5 MSK - Unité centrale ; échographe HS30 ; échographe HS40 ; échographe HM70…

Sondes d’échographie : sonde Endovaginale E611-2 ; sonde convexe Samsung C2-8 ; sonde convexe Samsung CA1-7AD (S-Vue) ; sonde convexe Samsung CA2-8AD…

Consommables échographie : gel Parker - gel Aquasonic ; protection de sondes - Non stérile, latex ; protection de sonde - Polyisoprène sans latex ; gel stérile Super Stérigel…



F

Femme Enceinte

Le gynécologue-obstétricien accompagne la femme enceinte tout au long de sa grossesse. Il va surveiller, assurer le suivi de la grossesse et s’intéresser aux maladies pouvant survenir durant cette période. Pour pouvoir poser son diagnostic, le gynécologue-obstétricien va effectuer régulièrement des échographies, des monitorings fœtaux, des soins gynécologiques…

Pour dépister des éventuelles maladies durant une grossesse, le test urinaire par bandelette, est très souvent utilisé. Il permet ainsi de détecter des pathologies de grossesse : le diabète gestationnel, appelé également diabète de grossesse, il peut survenir à la fin du deuxième trimestre. Et la pré-éclampsie, hypertension artérielle qui apparaît dans la deuxième moitié de la grossesse (soit après 20 semaines d’aménorrhée). 

Gyneas accompagne les gynécologues dans leurs actes médicaux quotidiens, mais aussi la femme durant toute sa grossesse en proposant des produits de référence :

- Test de grossesse : Exacto stylo IVD…

- Test d’ovulation : Test d’Ovulation Exacto…

- Bandelettes urinaires : Bandelettes urinaires Siemens Healthcare Diagnostics ; Bandelettes urinaires Multistix 8SG et 10SG ; Bandelettes Uritest 4 Siemens…

- Confort de la femme enceinte : coussin de maternité + Housse Bleue ; Rehausse jambes ; Coussin inclineur pliable - Entièrement déhoussable ; Oreiller à mémoire de forme ; Bande ceinture de soutien du bassin ; Ceinture de soutien du bassin tonic…

- Bougies de Hegar

Lorsqu’une femme est enceinte, trois échographies principales sont à effectuer : l’échographie de datation, l’échographie morphologique et enfin, la troisième échographie. 

Des échographies supplémentaires avec la technologie 3D ou 4D permettent de voir le bébé en trois dimensions et en mouvement. 

Tout au long de sa grossesse, la femme enceinte va être amenée à consulter le gynécologue afin de s’assurer du bon suivi de la grossesse. Il s’agit des visites prénatales et il y en a 7 :

1. La visite prénatale du 3ème mois : lors de cette consultation, le gynécologue va procéder à une série de question afin d’évaluer les risques éventuels de cette grossesse. Les questions posées portent sur les antécédents médicaux, gynécologiques et obstétriques, le mode de vie (tabagisme, travail, régime particulier…) Ensuite, le médecin va procéder à un examen clinique (pesée, seins, toucher vaginal, inspection des jambes…). Il va également prescrire toute une série d’examens obligatoires.

2. La consultation du 4ème mois : le gynécologue procède à un examen clinique afin de s’assurer que la grosses se déroule bien (prise de tension, pesée, mesure de la hauteur utérine, écoute des bruits du cœur…). Le médecin va analyser les examens de sang prescrits lors de la visite prénatale du 3ème mois, puis il va réaliser une échographie.

3. La visite prénatale du 5ème mois : il s’agit d’une visite de routine. Le praticien va faire le point sur le déroulement de la grossesse et va réaliser un examen clinique du suivi de grossesse (pesée, prise de tension, mesure de la hauteur utérine…). Il va prescrire à la femme enceinte sa deuxième échographie : l’échographie morphologique.

4. La consultation du 6ème mois : lors de cette visite, des examens cliniques comme les précédents sont effectués et l’échographie morphologique est réalisée afin de connaître le sexe du bébé.

5. La visite prénatale du 7ème mois : comme tous les mois, des examens biologiques sont prescrits à la future maman. Le médecin va s’assurer que la femme enceinte sent bien son bébé bouger et va aborder le sujet de l’accouchement et des contractions pour aider la femme enceinte à mieux les repérer. La dernière échographie est prescrite lors de cette consultation.

6. La consultation du 8ème mois : l’examen clinique est identique aux précédents. Le médecin va vérifier que le col de l’utérus est bien fermé. La future maman va devoir décider si oui ou non, elle décide d’accoucher avec péridurale. Enfin, le gynécologue va procéder à la dernière échographie et vérifier le poids, la taille et la position du bébé.

7. La visite prénatale du 9ème mois : une fois les contrôles habituels effectués, le médecin observe la dilatation du col et effectue les recherches nécessaires (sucre, albumine, toxoplasmose…). Lors de cette dernière visite avant l’accouchement, le praticien va vérifier la position du bébé et les conditions probables de l’accouchement à savoir la souplesse des tissus, la largeur du bassin, le volume de l’enfant. Tous ces éléments vont permettre au médecin d’établir un pronostic sur l’accouchement.

Frottis

Le frottis est un examen gynécologique qui consiste à prélever des cellules superficielles afin de les analyser au microscope. Cet examen peut être effectué par différents praticiens : un médecin généraliste, un gynécologue, la sage-femme et un médecin biologiste d’un laboratoire médical.

Le frottis cervico-vaginal est le plus fréquent. Cet examen est effectué par un gynécologue dans le cadre du dépistage du cancer de l’utérus. Le prélèvement s’effectue sur la partie de l’utérus débouchant dans le vagin et appelée col utérin.

Le frottis de dépistage est le meilleur moyen pour prévenir le cancer de l’utérus. Il est donc indispensable de le faire et d’avoir un suivi régulier lors de vos visites chez le gynécologue. Indolore, il concerne toutes les femmes âgées de 25 à 65 ans. 

Si à la suite du frottis le gynécologue suspecte la présence de lésions anormales, une biopsie pourrait être réalisée. Cet examen consiste à prélever une partie d’un tissu afin de l’analyser. La biopsie fera le diagnostic exact de la pathologie décelée par le frottis. 

Cet examen se réalise en position allongée, jambes relevées. Le gynécologue place le spéculum pour écarter les parois du vagin afin d’avoir une visibilité optimale du col utérin. Il y introduit une brossette spécialement adaptée, qui sert à gratter légèrement la surface du col utérin ou un écouvillon, afin de recueillir les cellules à la jonction entre l’exocol et l’endocol. Les prélèvements sont ensuite déposés sur une lame de verre et un spray fixateur est vaporisé dessus, afin que les cellules ne se détériorent pas. Les examens sont ensuite envoyés dans un laboratoire d’anatomopathologie. Les résultats sont envoyés au médecin quelques jours après. 

Si les résultats de l’examen démontrent une anomalie, le médecin pourra prescrire d’autres tests :

  • un test viral, pour confirmer la présence d’une infection à papillomavirus ou d’une mycose : les papillomavirus sont responsables à 70% des cancers du col de l’utérus. Ce virus se transmet par voie sexuelle.
  • une biopsie : un examen chirurgical qui consiste à prélever des cellules ou du tissu situé au niveau du col de l’utérus, portion du bas utérus.

Le frottis cervico-vaginal est le plus courant, cependant il existe d’autres types de frottis :

  • Le frottis annal : il permet de prévenir le cancer de l’anus. Les cellules sont prélevées à l’aide d’un écouvillon introduit dans le canal annal, puis sont examinées au microscope.
  • Le frottis sanguin : consiste à examiner des cellules sanguines sur une lame de verre. Cela permet de diagnostiquer des anomalies morphologiques.
  • Le frottis microbiologique : il consiste à prélever un échantillon afin d’effectuer des examens bactériologiques ou mycologiques
  • Le frottis urinaire : appelé également cytologie urinaire, il permet l’étude des cellules de la vessie qui desquament dans les urines

Gyneas a sélectionné pour vous les produits de référence pour réaliser vos frottis en toute sérénité :

  • Ecouvillons non stériles : écouvillons gros modèle non stériles 
  • Brossettes cervicales à usage unique : brossettes cervicales non stériles à usage unique- Ø 5.5 mm avec boule - Boîte de 50 ; brossettes cervicales à usage unique Gyneas ; brosse endoexocol non stérile Gyneas…
  • Spatules d’Ayre : spatule d'Ayre en plastique-[Type brossettes:Non stérile] ; spatule d'Ayre Gyneas…
  • Lamelles : lame porte objet ; lamelles couvre-objets ; boîte postale 2 lames…
  • Fixateur cytologique pour frottis : fixateur bomb spray Cytoral ; prélèvement cervico-vaginal - Cytoral vaporisateur 110ml

 


 

G

Gel échographique

Le gel échographique – appelé également gel ultrason ou gel de contact – est utilisé pour effectuer une échographie. L’échographie est un examen médical qui repose sur une technique d’imagerie employant des ultrasons. Réalisée à l’aide d’un appareil appelé échographe, appareil dont la technique d’imagerie est basée sur l’utilisation d’ultrasons, qui permet de dépister de nombreuses pathologies.  Grâce à une sonde, le médecin va pouvoir visualiser des images de l’intérieur du corps. Pour une meilleure précision, le médecin échographiste ou radiologue va utiliser un gel échographique ou gel de contact sur la peau pour s’assurer de la bonne conductivité des ultrasons. Grâce à ses propriétés lubrifiantes, le gel échographique permet une meilleure visualisation et facilite les mouvements plus fins et réguliers.
Le gel échographique se place directement sur la peau du patient ou sur la sonde de l'échographe. Lorsque l’examen est terminé il se retire avec un simple papier sans laisser de trace ni abimer les sondes. Les gels échographiques sélectionnés par Gyneas sont hypoallergéniques, respectent la peau et les muqueuses, et sont non gras et non irritants.

Le gel échographique est utilisé pour les examens échographiques mais le praticien l’utilise également pour la lubrification des instruments gynécologiques ce qui permet un examen de gynécologie sans douleur pour la patiente. Que ce soit pour réaliser une échographie pelvienne, ou pour l’introduction de gants, de doigtiers ou de valves des spéculums, nos gels lubrifiants conviennent aux usages courants et sont compatibles avec les muqueuses, instruments, endoscopes, gants ou préservatifs.
Le gel lubrifiant peut également être utilisé afin d’éviter des rapports sexuels douloureux, en cas de sécheresse vaginale.
Gyneas a sélectionné pour vous des gels lubrifiants stériles et gels lubrifiants non stériles pour vous accompagner dans vos examens gynécologiques. Les gels échographiques sont vendus en bidon, flacon ou dosette pour une version plus écologique.

Découvrez notre gamme de gels avec notre sélection des meilleurs produits. Parmi les meilleures ventes Gyneas :
Le gel aqueux 250 ml Gyneas : sa formule est à base d’eau, sans parabène et respecte les muqueuses. Il ne tâche pas, ne coule pas et reste suffisamment visqueux pendant toute la durée de l’examen.

Les gels EcoVue : écologique et biodégradable, ce gel est composé à 99% d’ingrédients naturels, sa texture est douce et soyeuse. Les gels EcoVue respectent la peau, les muqueuses et l’environnement.


Gel de contact Supragel : gel de contact non newtonien, adapté pour la fonction échographique. Il présente une faible impédance, une grande résistance à la polarisation. D'une excellente conductibilité, il favorise la transmission électrique.

Gel de contact bleu Asept – 250ml ou 5L : ce gel échographique non stérile est destiné aux applications thérapeutiques et aux diagnostiques des ultrasons. Il s'agit d'un gel de contact pour échographie, ECG, Doppler, ultrasons. Il peut également servir de lubrifiant.

Gel stérile Super Stérigel 

 

Gynécologie

La gynécologie est une spécialité médicale consacrée à la santé et au bien-être de la femme, et plus précisément à son organisme et à son appareil génital. La gynécologie se divise en plusieurs branches :

-          La gynécologie médicale : elle a pour objet le diagnostic et le traitement des maladies de l’appareil génital et du sein (maladies du sein, de l’utérus, sexuellement transmissibles…) ;  le dépistage, la prise en charge et le suivi des cancers génitaux et mammaires ; le traitement des troubles fonctionnels de la ménopause et du cycle de la contraception.

-          La médecine de la reproduction : est consacrée au traitement de la stérilité et l’infertilité du couple

-          La gynécologie-obstétrique : s’intéresse au suivi et à la surveillance de la grossesse, des maladies pouvant se déclarer durant cette période, à la prise en charge de l’accouchement et des suites de couches. 

-          La médecine anténatale : se concentre sur le développement du fœtus, sa morphologie, ses aptitudes physiologiques…

-          La chirurgie gynécologique : traitement des tumeurs bégnines ou malines

Les Laboratoires Gyneas accompagnent et répondent aux besoins des gynécologues depuis des années.  Ils sont les experts de :

  • • La gynécologie médicaleExploration fonctionnelle, prélèvements, biopsie vulvaire, implants contraceptifs, pessaires, biopsie endomètre, proctologie, colposcopie, insémination artificielle.
  • • L'obstétrique : Tests diagnostic RPM, détection de pouls fœtal, dépistage anténatal, pression intra-utérine, amnioscopie, salles de naissance, packs de soin, soins gynécologiques, anesthésie para-cervicale, aspiration endo-utérine.
  • • Le traitement du col : Electrodes cervicales, électrodes coagulation, spéculums éclairants
  • • L'imagerie médicale : Papier thermique, protections de sonde, Gel échographique (gel de contact), hystérographie, hystérosalpingographie, sénologie, échographe
  • • L'instrumentation métal : Stérile à usage unique ou réutilisable.
  • • Le diagnostic : Tests diagnostic, prélèvements, tests (ovulation, grossesse), thermomètres, tensiomètres, stéthoscopes.
  • • Autres domaines d'intervention : sets de pansement, sets d'intervention, équipement du cabinet (lampes, divans d’examen, draps d’examen...)

Spéculum Cusco Gyneas à usage unique / 100

Afin de répondre au mieux aux besoins des gynécologues et compte tenu de la diversité des domaines de la gynécologie, Gyneas sélectionne et propose la plus large gamme de produits, matériels et dispositifs gynécologiques, avec bien évidemment les produits les plus référents de la gynécologie :

 

Gynécologue

Le médecin qui pratique la gynécologie est le gynécologue. Il s’occupe de la physiologie et des affections de l’appareil génital féminin.

Selon la raison de la consultation, le gynécologue va réaliser plusieurs examens : 

-          Le frottis : le frottis est un examen gynécologique qui consiste à prélever des cellules superficielles au niveau du col de l’utérus. Le frottis de dépistage est le meilleur moyen pour prévenir le cancer de l’utérus. Cet examen gynécologique indolore est indispensable pour toutes les femmes âgées de 25 à 65 ans. 

-          Le toucher vaginal : le gynécologue va introduire deux doigts dans le vagin afin de pouvoir ausculter par voie interne le vagin, le col de l’utérus, l’utérus et les ovaires. 

-          La palpation des seins : cet examen de routine permet de détecter la survenue d’une éventuelle anomalie. Le médecin va palper les seins, les aires ganglionnaires sous axillaires et sus claviculaires. 

-          L’échographie : l’échographie est une technique d’imagerie médicale basée sur l’utilisation d’ultrasons, qui permet de dépister de nombreuses pathologies.  Grâce à une sonde, le médecin va pouvoir visualiser des images de l’intérieur du corps. L’échographie est également l’outil indispensable lors du suivi de grossesse et va permettre au médecin d’étudier avec précision la croissance du fœtus, détecter d’éventuelles anomalies et déterminer le sexe du bébé. 

-          L’amniocentèse : c’est un examen qui consiste à prélever du liquide amniotique par ponction. Il est prescrit pour éventuellement dépister d’éventuelles anomalies. 

-          Pratiques cliniques liées à la procréation médicalement assistée  

-          L’accouchement : présent lors de l’accouchement, le gynécologue prend la décision de recourir à une césarienne ou d’utiliser des instruments (ventouses, forceps ou spatules).

 

Le gynécologue doit être consulté pour plusieurs raisons :

-          Maladie du sein

-          Troubles à l’utérus, au vagin.

-          Suivi de grossesse

-          Besoin d’une méthode de contraception (anneau vaginal, pilule, patch, dispositifs intra-utérins hormonaux, implant…)

-          Ménopause

-          Infertilité 

 

Il existe toute une gamme de produits destinés à la pratique de la gynécologie.  Ces instruments de gynécologie peuvent être à usage unique ou non. S’ils ne sont pas à usage unique, il est important de les stériliser après chaque usage avec des produits de désinfection par exemple. Les instruments gynécologiques peuvent être des instruments de prélèvements, des matériels d'analyses, des outils de technologiques… :

Pessaire Gyn&Cube

 

Le gynécologue se consulte soit en cabinet médical, en milieu hospitalier ou encore dans un centre de planning familial.

 

Grossesse

Le gynécologue (ou gynécologue-obstétricien) accompagne la femme tout au long de sa grossesse. Il va surveiller, assurer le suivi de la grossesse et s’intéresser aux maladies pouvant survenir durant cette période. Pour pouvoir poser son diagnostic, le gynécologue va effectuer régulièrement des échographies, des monitorings fœtaux, des soins gynécologiques…

Pour dépister des éventuelles maladies durant une grossesse, le test urinaire par bandelette, est très souvent utilisé. Il permet ainsi de détecter des pathologies de grossesse : le diabète gestationnel, appelé également diabète de grossesse, il peut survenir à la fin du deuxième trimestre. Et la pré-éclampsie, hypertension artérielle qui apparaît dans la deuxième moitié de la grossesse (soit après 20 semaines d’aménorrhée).

Gyneas accompagne les gynécologues dans leurs actes médicaux quotidiens, mais aussi la femme durant toute sa grossesse en proposant des produits de référence :

  • Test de grossesse, efficace dès le premier jour du retard des règles.
  • Bandelettes urinaires qui permettent de révéler les premiers stades de plusieurs pathologies chez la femme enceinte (diabète, HTA, infection urinaire…)
  • Bande de ceinture du soutien du bassin, permettant de soutenir le poids du bébé, de protéger le dos de la femme enceinte et de faire travailler ses muscles.
  • Bougies de Hegar, utilisées par les gynécologue- obstétriciens pour dilater le canal du col de l’utérus.

Lors d’une grossesse, trois échographies principales sont à effectuer : l’échographie de datation, l’échographie morphologique et enfin, la troisième échographie.

  1.  L’échographie de datation : elle correspond à l’échographie du premier trimestre. Elle est réalisée en 11 et 13 semaines d’aménorrhée et permet au médecin de vérifier que le fœtus ne présente aucune anomalie. Le médecin va contrôler le nombre de fœtus, sa morphologie, sa vitalité, la quantité de liquide amniotique et la présence du trophoblaste et il va mesurer la clarté nucale.

  2.  L’échographie morphologique : elle a lieu autour de la 22ème semaine d’aménorrhée et permet de déceler d’éventuelles malformations fœtales non détectables lors de la première échographie. Cette deuxième échographie va également permettre de déterminer le sexe du bébé.

  3.  La troisième échographie : elle se fait autour de la 32ème semaine d’aménorrhée. Cette dernière échographie est essentielle pour contrôler la bonne croissance du bébé et préparer l’accouchement.

Des échographies supplémentaires avec la technologie 3D ou 4D permettent de voir le bébé en trois dimensions et en mouvement.

Tout au long de sa grossesse, la femme va être amenée à consulter le gynécologue afin de s’assurer du bon suivi de la grossesse. Il s’agit des visites prénatales et il y en a 7 :

  1. La visite prénatale du 3ème mois : lors de cette consultation, le gynécologue va procéder à une série de question afin d’évaluer les risques éventuels de cette grossesse. Les questions posées portent sur les antécédents médicaux, gynécologiques et obstétriques, le mode de vie (tabagisme, travail, régime particulier…) Ensuite, le médecin va procéder à un examen clinique (pesée, seins, toucher vaginal, inspection des jambes…). Il va également prescrire toute une série d’examens obligatoires.

  2. La consultation du 4ème mois : le gynécologue procède à un examen clinique afin de s’assurer que la grosses se déroule bien (prise de tension, pesée, mesure de la hauteur utérine, écoute des bruits du cœur…). Le médecin va analyser les examens de sang prescrits lors de la visite prénatale du 3ème mois, puis il va réaliser une échographie.

  3. La visite prénatale du 5ème mois : il s’agit d’une visite de routine. Le praticien va faire le point sur le déroulement de la grossesse et va réaliser un examen clinique du suivi de grossesse (pesée, prise de tension, mesure de la hauteur utérine…). Il va prescrire à la femme enceinte sa deuxième échographie : l’échographie morphologique.

  4. La consultation du 6ème mois : lors de cette visite, des examens cliniques comme les précédents sont effectués et l’échographie morphologique est réalisée afin de connaître le sexe du bébé.

  5. La visite prénatale du 7ème mois : comme tous les mois, des examens biologiques sont prescrits à la future maman. Le médecin va s’assurer que la femme enceinte sent bien son bébé bouger et va aborder le sujet de l’accouchement et des contractions pour aider la femme enceinte à mieux les repérer. La dernière échographie est prescrite lors de cette consultation.

  6. La consultation du 8ème mois : l’examen clinique est identique aux précédents. Le médecin va vérifier que le col de l’utérus est bien fermé. La future maman va devoir décider si oui ou non, elle décide d’accoucher avec péridurale. Enfin, le gynécologue va procéder à la dernière échographie et vérifier le poids, la taille et la position du bébé.

  7. La visite prénatale du 9ème mois : une fois les contrôles habituels effectués, le médecin observe la dilatation du col et effectue les recherches nécessaires (sucre, albumine, toxoplasmose…). Lors de cette dernière visite avant l’accouchement, le praticien va vérifier la position du bébé et les conditions probables de l’accouchement à savoir la souplesse des tissus, la largeur du bassin, le volume de l’enfant. Tous ces éléments vont permettre au médecin d’établir un pronostic sur l’accouchement.

Après l’accouchement, la maman dispose d’un congé de maternité. La durée du congé de maternité est fixée par la loi. Elle comprend le congé prénatal et le congé postnatal.

La durée du congé maternité dépend du nombre d’enfants que la femme attend et du nombre d’enfants qu’elle a déjà eus.

La durée du congé maternité lorsque la femme attend son premier ou deuxième enfant est de 6 semaines avec l’accouchement et 10 semaines après l’accouchement.

Lorsqu’il s’agit d’un troisième enfant, le congé maternité est plus long : 8 semaines avant l’accouchement et 18 semaines après l’accouchement.

Si la future maman attend des jumeaux, elle aura droit à 12 semaines avant l’accouchement et 22 semaines après l’accouchement.

Enfin, si elle attend des triplés, la durée du congé maternité est fixée à 24 semaines avant l’accouchement et 22 semaines après l’accouchement.



M

Masque de protection

Le masque de protection - appelé également masque anti-virus - est un dispositif médical qui filtre les bactéries. Le masque de protection recouvre le nez et la bouche, limitant ainsi la propagation de germes provenant de la bouche, du nez et des voies respiratoires de la personne portant le masque. . Il a pour but de faire barrière contre les gouttelettes qui sont toussées, éternuées en parlant. La transmission d’agents infectieux peut se transmettre de deux façons : par voie aérienne (transmission aéroportée par de fines particules de moins de 5 microns) et par voie de gouttelettes (transmission par des gouttelettes de salive ou de sécrétions des voies aériennes supérieures)

Dans ce contexte d’épidémie du COVID-19, le port du masque de protection est obligatoire dans les rues de certaines villes, mais aussi dans les espaces publics ainsi que dans les lieux publics clos.
Le masque de protection est composé de plusieurs couches et peut-être soit en tissu, lavable ou en non-tissé jetable.
Il existe plusieurs types de masques de protection avec des niveaux de filtration variables :

Le masque chirurgical :

Le masque chirurgical est composé d’une couche de tissu non tissé, non stérile mais filtrant, d’une barrette nasale qui permet de mieux ajuster le masque sur le visage, et d’élastiques à placer autour des oreilles. Les gouttelettes respiratoires sont retenues dans un écran filtrant non tissé, ce qui permet de se protéger mais de protéger aussi les personnes autour de nous. Il doit être porté par les professionnels de la santé lors d’une intervention chirurgicale afin de protéger le champ opératoire ainsi que le matériel ; les personnes contagieuses afin de protéger leur entourage et leur environnement ; les familles ou les personnes qui se retrouvent en contact avec le patient contagieux.

Lorsque l’on met un masque, il est important de respecter certaines étapes afin de le porter correctement et en toute sécurité.

Etapes d'utilisation du masque de protection type chirurgical :

1. Bien se laver les mains avec de l’eau et du savon ou avec un gel hydro alcoolique
2. Placer le masque sur le visage dans le bon sens (la face colorée doit être à l’extérieur), passer les élastiques au niveau des oreilles
3. Déplier le masque sous le menton afin d'avoir une protection complète
4. Pincer la barrette sur le nez afin de prévenir les entrées d'air. Le masque doit couvrir la bouche, le nez et le menton.

Une fois que le masque est bien positionné, il ne faut plus le toucher. Si vous touchez votre masque, il faut impérativement vous laver les mains.

Véritable barrière au virus, le masque chirurgical permet de diminuer également la fréquence des contacts main-bouche. A usage unique, son utilisation ne doit pas dépasser 4 heures. Si le masque est touché par un agent infectieux, il est primordial de le jeter dans une poubelle munie d’un sac plastique, puis de le changer.

Le masque FFP2

Le masque FFP2, appelé aussi masque « bec de canard », est un masque de protection respiratoire filtrant contre les particules. Il protège celui qui le porte contre les aérosols liquides et solides. Le masque FFP2 filtre au moins 94 % des aérosols de taille moyenne 0,6 µm (fuite totale vers l’intérieur< 8 %). Cet appareil de protection respiratoire protège donc contre le risque de gouttelettes. Le masque FFP2 est composé d’une pièce faciale et d’un dispositif de filtration. Il dispose de plusieurs couches qui permettent d’optimiser la protection. Certains masques FFP2 disposent de ''soupapes'' respiratoires permettant un meilleur confort pour ceux qui les portent. Le masque de protection FFP2 doit être porté par tout le personnel soignant en contact avec des patients infectés ou possiblement infectés par le Covid 19 ou la grippe ; pour le personnel qui travaille dans des domaines tels que l’agroalimentaire, la fonderie, le bâtiment, l’industrie de verre, l’automobile, l’industrie pharmaceutique, les laboratoires...

Le masque FFP2 doit répondre à la norme « Norme EN 149 : 2001 » et doit comporter la mention « CE + n° organisme notifié ». La classification FFP1, FFP2, FFP3 s’effectue selon certains critères tels que l’efficacité de filtration, la fuite totale maximale vers l’intérieur, la résistance respiratoire.

D'une durée de vie équivalente à 8h, il est important de bien appliquer le masque FFP2 en respectant un certains nombres de consignes :

1. Bien se laver les mains avec de l’eau et du savon ou avec un gel hydro alcoolique
2. Sortir le masque de son plastique, séparer les élastiques en deux, positionner le masque avec la barrette en haut
3. Positionner les élastiques, un sur la tête et l’autre dans le cou
4. Pincer la barrette sur le nez et ajuster le masque au visage
5. Vérifier l’étanchéité du masque en réalisant un fit-check. Ce test consiste à placer le masque sur le visage, prendre une grande inspiration, puis retenir sa respiration quelques secondes. Si l’étanchéité est bonne, le masque doit rester légèrement plaqué au visage. Si ce n’est pas le cas, il doit être réajusté et le fit-check réitéré.
6. Une fois positionné, il est important de ne plus le toucher.


Pour rappel : le fait de porter un masque ne dispense pas des gestes barrières et des mesures de distanciation sociale à adopter. Pour rappel, il est recommandé de se laver très régulièrement les mains avec de l’eau et du savon ou du gel hydro alcoolique, de tousser ou éternuer dans son coude ou dans un mouchoir à usage unique, à jeter après utilisation et enfin, d’éviter les embrassades et les poignées de main.

Indispensables pour vous protéger ainsi que pour protéger vos patients de toute contamination, Gynas a sélectionné pour vous toute une gamme de masques de protection :

Masque chirurgical : Aerokyn Mask chirurgie à élastiques PLM01 ; Masque chirurgical bleu enfant ; Masque de protection Bleu Elastique - 3 Plis ; Masque chirurgical anti-projection à visière panoramique,Type IIR LCH ; Masque chirurgical à liens 3M™ 1810F 3M ; Aerokyn Mask type II – lacets ; Masque Chirurgical type IIR avec Elastique ; Masque chirurgical TP II | Certifié CE

Masque en tissu : Masque en tissu réutilisable 50 lavages – vendu par deux 

Masque FFP2 : 20 Masques de protection FFP2 - 3M ; Aerokyn Mask FFP2 - Bec de canard LCH ; Masque FFP2 Bte 25 (Certifié CE) LCH ;

Masque KN95, équivalent du masque FFP2, le masque de protection KN95 répond à la norme en vigueur en Chine et en Corée du Sud : Masque respiratoire KN95 ; Masque KN95 (norme GB2626) 

 

Matériel de gynécologie

Compte tenu de la diversité des domaines de la gynécologie, Gyneas sélectionne et propose la plus large gamme de produits, de matériels et de dispositifs gynécologiques, afin de répondre au mieux aux besoins des gynécologues. Que ce soit pour les actes médicaux quotidiens ou pour équiper leur cabinet, Gyneas garantit un matériel de gynécologie de qualité. 

Les laboratoires Gyneas ont choisi et sélectionné pour les gynécologues du matériel de gynécologie pour toutes les spécialisations :

-          La gynécologie médicale : elle a pour objet le diagnostic et le traitement des maladies de l’appareil génital et du sein (maladies du sein, de l’utérus, sexuellement transmissibles…) ;  le dépistage, la prise en charge et le suivi des cancers génitaux et mammaires ; le traitement des troubles fonctionnels de la ménopause et du cycle de la contraception.

-          La médecine de la reproduction : est consacrée au traitement de la stérilité et l’infertilité du couple

-          La gynécologie-obstétrique : s’intéresse au suivi et à la surveillance de la grossesse, des maladies pouvant se déclarer durant cette période, à la prise en charge de l’accouchement et des suites de couches. 

-          La médecine anténatale : se concentre sur le développement du fœtus, sa morphologie, ses aptitudes physiologiques…

-          La chirurgie gynécologique : traitement des tumeurs bégnines ou malines

Experts depuis plusieurs années, les laboratoires Gyneas propose du matériel de gynécologie pour :

-          Les actes médicaux et chirurgicaux quotidiens, avec des sets à usage unique, afin d’apporter une réponse adaptée aux différents types d’interventions pour la gynécologie avec des conditions optimales de sécurité : spéculums de Cusco, spéculums de Collin, sets de pose et  de retrait DIU, sets de biopsie vulvaire, sets d’aspiration endo-utérine, sets de soin du cordon ombilical, sets pour la pose et le retrait d’un contraceptif sous-cutanée, hystéromètres, crochets DIU, pinces, ciseaux, ventouses obstétricale, instruments pour réaliser un frottis ou une biopsie.

Mais aussi des instruments réutilisables de précision et de qualité, afin de faciliter les interventions des gynécologues : pinces à biopsie, pinces retrait DIU, curettes de Kervokian , canules de biopsie utérine, spéculums endo-cervical de Kogan , spéculums de Cusco et de Pederso , spéculums de Collin, écarteurs vaginaux et valve, ciseaux réutilisables, hystéromètres et bougies, instruments obstétriques (lubrifiant et dégripant…).

-          La colposcopie, examen du col de l'utérus, du vagin et de la vulve permettant de détecter les lésions précancéreuses et cancéreuses : colposcope, pinces à biopsie, pinces à curetage, écouvillons et cupules, pinces à polypes, compresses hémostatiques

-          L’imagerie médicale, avec du matériel de haute technologie : échographes, hystérosonographies, mais aussi des consommables imagerie tels que des produits pour la protection des sondes, papiers thermiques, gels échographiques… 

-          L’équipement du cabinet, pour assurer le confort et la sécurité du patient et du médecin : fauteuils électriques et hydrauliques, petit mobilier, lampes d’examen LED ou halogènes, lecteurs de carte vitale, défibrillateurs, extincteurs et détecteurs, produits pour l’entretien du cabinet (essuyage, hygiène, désodorisants, huiles essentielles, savons et crèmes,…)

-          La désinfection et stérilisation, qui permet d’éliminer  tous les micro-organismes pathogènes présents sur votre matériel médical : autoclaves, bacs à ultrasons, bacs de trempage, lingettes désinfectantes, désinfection des mains, désinfection des surfaces et des sols…

-          La petite chirurgie : gels lubrifiants, blouses, tabliers, gants d’examens et doigtiers, draps d’examens, compresses, cotons, pansements

-          Le dépistage et le diagnostic : monitorings fœtaux, tests gynécologiques, tests urinaires, tensiomètres mécaniques, tensiomètres électriques, stéthoscopes, thermomètres, oxymètres de pouls, pèse-bébés, pèse-personne, impédancemètres

-          La pelvi-périnéologie, discipline médicale qui consiste en l'étude du périnée et qui traite les pathologies pelviennes et périnéales : pessaires cubes, pessaires de soutien, pessaires cerclage, dilatateurs vaginaux, matériel de rééducation, protection intimes, masseurs intimes, soins dermocosmétiques…

 

 

Matériel sage-femme

La sage-femme accompagne la femme avant, pendant et après l’accouchement. Elle exerce sa profession médicale, en ville, à l’hôpital ou en clinique.

Son rôle est d’assurer le suivi médical de la grossesse (échographies, examens…), le suivi psychologique de la future maman et sa préparation à l’accouchement classique ou en piscine, à travers différentes séances (exercices de relaxation, sophrologie, yoga…).

Pour exercer sa profession dans son cabinet médical, la sage-femme a besoin d’un équipement complet, performant et de qualité afin de garantir le confort  et la sécurité de ses patientes.

Compte tenu de ses missions diverses et variées, la sage-femme a besoin d’avoir un matériel médical gynécologique optimal et de haute qualité.

Prodiguer des soins de qualité est la priorité majeure des sages-femmes. Gyneas a  donc développé du matériel médical adapté aux sages-femmes et à leurs pratiques quotidiennes.

Afin de mener à bien son activité, la sage-femme a besoin d’avoir un équipement médical gynécologique de haute qualité. C’est la raison pour laquelle,  les équipes des laboratoires Gyneas étudient de près et choisissent le matériel médical sage-femme approprié qui offre un confort au patient et qui favorise aussi les meilleures conditions de travail des sages-femmes.

Que ce soit avant, pendant ou après l’accouchement, les sages-femmes seront-elles-aussi accompagnés grâce à un matériel gynécologique sage-femme pensée et conçue par et pour elles.

Partenaire des sages-femmes, Gyneas s’engage à offrir du matériel médical de qualité, performant,  qui répond aux besoins  des sages-femmes :

-          Le doppler fœtal : composé d’un casque et d’un petit boîtier, le doppler fœtal permet de détecter le pouls, d’écouter le cœur du bébé et de déceler des anomalies voire certaines pathologies gestationnelles. 

-          Le moniteur fœtal/cardiotocographe : permet de réaliser à la fois un enregistrement du rythme cardiaque fœtal et un enregistrement des contractions utérines. Le cardiotocographe est aussi utilisé pour suivre la croissance du bébé. 

-          Un échographe : appareil dont la technique d’imagerie est basée sur l’utilisation d’ultrasons, qui permet de dépister de nombreuses pathologies.  Grâce à une sonde, le médecin va pouvoir visualiser des images de l’intérieur du corps. L’échographie est également l’outil indispensable lors du suivi de grossesse et va permettre au médecin d’étudier avec précision la croissance du fœtus, détecter d’éventuelles anomalies et déterminer le sexe du bébé. Pour une meilleure précision, la sage-femme va utiliser un gel écho ou gel de contact. 

-          Une sonde vaginale : qui aide les femmes qui souffrent de vaginisme, et qui permet également la rééducation du périnée des jeunes mères. 

-          Un divan gynécologique : élément primordial pour rassurer votre clientèle mais aussi pour permettre de pratiquer tous vos examens dans les conditions optimales. Avec ou sans étriers, différents modèles de divans gynécologiques sont proposés pour que la sage-femme puisse préparer, à l’aide d’exercices, la future maman à l’accouchement mais aussi pour effectuer les soins et contrôles nécessaires. 

-          Instruments à usage unique : spéculums gynécologiques, spéculum Cusco, spéculum Collin, pinces de Chéron, pinces de Pozzi, pinces de Museux, ciseaux, brosses pour le col de l’utérus 

-          Consommables : gel pour échographie, gants d’examen, compresses, draps d’examen, doigtier, gel aqueux, protections de sonde échographique, 

-          Gamme de rééducation périnéale : suite à un accouchement les muscles sont fragilisés, les séances de rééducation périnéale permettent aux muscles de se tonifier. Les exercices effectués consistent à exécuter des contractions des muscles entourant le vagin et surtout les muscles releveurs de l'anus. Pour ce faire, la sage-femme va utiliser des pessaires, dilatateurs vaginaux, perles d’exercices, masseurs intimes, perles de rééducation périnéale,… 

-          Matériel de diagnostic : tests de grossesse, tensiomètres, stéthoscopes, détecteurs de pouls… 

-          Matériel pour la contraception : différentes méthodes contraceptives sont utilisées, c’est pourquoi Gyneas propose le matériel adapté à la contraception comme la cape cervicale contraceptive, le set de pose d’implant, le set de retrait d’implant, le set de pose de stérilet…



P

Pessaires

Le pessaire est un dispositif médical en silicone ou en plastique, que l’on va introduire dans le vagin pour remonter les organes et les replacer correctement. Le prolapsus, appelé aussi « descentes d’organes », est un problème gynécologique qui se déclenche lorsque l’utérus, l’urètre, la vessie ou le rectum ne sont plus soutenus et s’effondrent. Cela peut-être causé par un accouchement difficile, la ménopause, une intervention chirurgicale du bassin…

La rééducation périnéale va permettre de tonifier les muscles du périnée et va freiner l’évolution du prolapsus. Pour soulager ces dysfonctionnements périnéaux, le pessaire est très souvent utilisé par les gynécologues ou les sages-femmes.

Afin de répondre au mieux aux besoins différents des patientes, ce dispositif vaginal existe en en diverses matières (silicone, plastique, caoutchouc, latex…) et en plusieurs formes :

-          Le pessaire-anneau, généralement utilisé pour les femmes souffrant de problèmes d’incontinence urinaire ou de prolapsus léger (stade 1 ou 2). 

-          Le pessaire-Donut, plus épais que le pessaire-anneau, il permet de soigner un prolapsus de stade 3. 

-          Le pessaire-Risser et le pessaire-Smith, adaptés aux femmes qui ont une échancrure pubienne peu profonde.  

-          Le pessaire-Dish avec bouton, appelé aussi pessaire urétral bol au vu de sa forme, permet de soulager un prolapsus léger et l’incontinence urinaire. 

-          Le pessaire-Gehrung, utilisé pour soigner une cystocèle (descente de la vessie) et une rectocèle (hernie formée par le rectum dans le vagin). 

-          Le pessaire Gyn&Cube, de forme pyramidale, ce dispositif vaginal est proposé pour soigner l’incontinence urinaire lors d’activités sportives, de prolapsus, cystocèles ou rectocèles modérés. C’est l’innovation Gyneas ! La référence des pessaires depuis son lancement. 

-          Le pessaire-cerclage d’Arabin, conçu pour les femmes enceintes et utilisé pour soutenir le col de l’utérus, et pour maintenir le bébé tout au long de la grossesse. 

-          Le pessaire Tandem Cube, de forme cubique, il est proposé pour soigner un prolapsus utérin de stade 3.

 

Les pessaires de rééducation périnéale, existent en plusieurs tailles et modèles. Le gynécologue ou la sage-femme va déterminer le modèle le plus adapté à la morphologie de la patiente et va le mettre en place la première fois, en expliquant à la patiente la méthode pour le placer. Il est recommandé de le poser avec un gel lubrifiant afin de ne pas blesser les parois vaginales.

Pour le poser, le gynécologue ou la sage-femme va pincer avec ses doigts le pessaire, puis l’introduire dans le vagin dans le sens de la longueur.  Pour le retirer, il suffit d’introduire un doigt en crochet dans le vagin et le tirer vers l’extérieur.

Discrets et faciles à poser, les pessaires Gyneas, ont été conçus pour ne pas gêner la femme durant sa journée.

Découvrez toute la gamme de pessaires sur Gyneas, avec des modèles et tailles diverses s’adaptant à toutes les morphologies.

 



R

Rééducation périnéale

Après l’accouchement, les muscles de la femme sont fragilisés.  Elle peut être confrontée à différents types de problèmes tel que : les fuites urinaires, l’incontinence, la descente d’organes…  Le plus souvent, des séances de rééducation périnéale sont prescrites après un accouchement, afin de tonifier les muscles du périnée ou du plancher pelvien. C’est la sage-femme ou le kinésithérapeute qui va procéder à la rééducation du périnée, à l’aide de trois techniques particulières.

La rééducation manuelle :

Cette méthode consiste à exercer des pressions légères  sur le périnée afin de provoquer la contraction du muscle. Pour cela, la sage-femme, utilise ses doigts et les introduit dans le vagin de la femme.

L’électrostimulation :

A l’aide d’une sonde vaginale reliée à un appareil et introduite dans le vagin, les nerfs du périnée vont être stimulés et vont se contracter. La sonde vaginale, envoie ainsi un courant de faible intensité pour stimuler les muscles du périnée.

Le biofeedback :

Technique plus récente, le biofeedback consiste à utiliser une sonde, mais sans stimulation électrique. Grâce à une courbe ou à des signaux lumineux, la patiente va pouvoir visualiser la contraction de son périnée, le conscientiser  et mieux comprendre le rôle qu’il joue.

Gyneas a sélectionné pour les gynécologues et les sages-femmes différents types d’accessoires  afin de les accompagner au mieux dans la rééducation périnéale :

-          Electrothérapie et biofeedback : Sonde anale à butée réglable, sonde anale, éléctrostimulateur

-          Rééducation manuelle : cônes vaginaux, boules périnéales, perles d’exercices Intimina, dilatateurs vaginaux…  

 

RPM : rupture prématurée des membranes

La rupture prématurée des membranes correspond à l’ouverture de la poche des eaux avant la mise en travail (début de l’accouchement), soit avant 37 semaines d’aménorrhée. La membrane amniotique – appelée également la poche des eaux – se craque de manière spontanée et va laisser couler du liquide amniotique. Cette complication de grossesse touche environ 3% des femmes et est responsable de 30% des accouchements prématurés.

Les causes de la rupture prématurée des membranes sont difficilement reconnaissables et ne peuvent être qu’identifiées que dans 40% des cas :
Infection génitale : infection qui touche l’ensemble des organes génitaux de la femme, à savoir le vagin, la vulve, l’utérus, les trompes et les ovaires.

  • Amniocentèse : examen réalisé pour le diagnostic prénatal qui consiste à prélever par ponction une petite quantité du liquide amniotique qui entoure le fœtus. Il est prescrit pour éventuellement dépister d’éventuelles anomalies.
  • Carence en vitamine C : appelée acide ascorbique, elle veille au bon maintien de la membrane placentaire.
  • Amniotite : inflammation de l’amnios, poche liquide qui enveloppe l’embryon
  • Béance cervico-isthmique : ouverture anormale du col utérin lors de la gestation
  • Hydramnios : correspond à une trop grande quantité du liquide amniotique pendant la grossesse
  • Hauteur utérine excessive : elle permet d’évoluer la croissance du fœtus ainsi que le développement du liquide amniotique, du placenta ainsi que de l’utérus.

La rupture prématurée des membranes peut entraîner certaines complications telles que :

  • Chorioamnionite : infection du liquide amniotique qui peut causer un travail prématuré, mais aussi dans les cas les plus graves la mort périnatale
  • Un décollement du placenta : qui se manifeste par une perte d'adhésion du placenta à la paroi de l'utérus
  • Une hypertension pulmonaire et une hypoplasie pulmonaire : peut provoquer des difficultés respiratoires importantes chez le nouveau-né prématuré
  • Une procidence du cordon : correspond au mauvais positionnement du cordon ombilical et de sa descente avant le fœtus lors de l’accouchement

Si ces complications ne sont pas présentes, le seul symptôme de la rupture prématurée des membranes est une perte ou un jet brutal d’un liquide clair comme de l’eau ou coloré dans le vagin.

Le diagnostic s’effectue chez son médecin qui va procéder à un examen au spéculum stérile. Cet examen permet d’estimer la dilatation cervicale et de prélever un peu de liquide amniotique pour la culture. D’autres tests permettent d’affirmer la thèse de la RPM, tels que le test de fougère (Fern-test) ; l’examen au microscope; le papier nitrazine; l’amniSure ou encore l’échographie.

Si les résultats des examens confirment la rupture prématurée des membranes, un traitement proposé sera réalisé en fonction de l’âge gestationnel, des signes d’infections, du bien-être fœtal et du début de travail.

Expert dans le domaine depuis de nombreuses années, Gyneas accompagne ses clients, reste à leur écoute afin de proposer du matériel de qualité, qui allie hygiène, confort, fiabilité et sécurité. Pour un meilleur diagnostic du RPM, découvrez notre test gynécologique : Amniodetect - Diagnostic précoce de RPM (BOITE DE 3 TESTS)

 

 



S

Sage-femme

La sage-femme exerce une profession médicale, en ville, à l’hôpital ou en clinique. Elle accompagne la femme avant, pendant et après l’accouchement. Elle assure le suivi médical de la grossesse (échographies, examens…) et assure également le suivi psychologique de la future maman et sa préparation à l’accouchement classique ou en piscine, à travers différentes séances (exercices de relaxation, sophrologie, yoga…)

Elle est responsable du bon déroulement de l’accouchement. Grâce à des technologies de pointe  (monitoring, échographie…), la sage-femme pose le diagnostic du début de travail, suit son évolution et assure l’accouchement en toute autonomie. En cas de complications, elle doit agir très vite pour faire appel au gynécologue-obstétricien ou au chirurgien.

Après l’accouchement, elle s’occupe du nouveau-né, lui prodigue les premiers soins et contrôler ses réflexes. Elle pratique la réanimation néonatale si besoin, en attendant le pédiatre. Cependant, si un problème médical survient (hypertension artérielle, diabète, menace d’accouchement prématuré…) ou un problème obstétrical (présentation par le siège, jumeaux…) elle est accompagnée du gynécologue-obstétricien. Elle va également prodiguer les soins nécessaires au rétablissement de la maman (rééducation périnéo-sphinctérienne,…)

Elle va également suivre la maman et son bébé, tout au long de leur séjour à la maternité. Elle accompagne et conseille la maman si cette dernière souhaite allaiter, mais donne aussi les conseils nécessaires si les parents souhaitent donner le biberon. La sage-femme est en mesure de prescrire, délivrer une ordonnance pour la pilule contraceptive et assurer un suivi gynécologique de prévention, si la patiente ne présente aucun risque.

Mais son rôle et ses compétences ne se limitent pas à la grossesse. En effet, la sage-femme :

-          prescrit et pratique les vaccinations de la maman et de son nouveau-né 

-          réalise un examen des seins 

-          effectue un frottis, examen qui permet de dépister le cancer du col de l’utérus 

-          pose un stérilet et prescrit toutes les différentes méthodes de contraception  

-          pratique la rééducation du périnée au moment de la ménopause, en cas de fuites urinaires… 

-          réalise des interruptions volontaires de grossesse par voie médicamenteuse dans les conditions définies par la loi. 

-          assure des consultations liées aux addictions notamment en matière de tabacologie, auprès des femmes dans le cadre de leur suivi de grossesse ou lors de leur suivi gynécologique de prévention.

  

Afin de répondre au mieux aux besoins des sages-femmes, Gyneas a sélectionné pour vous les produits nécessaires pour faciliter votre quotidien :

-          Le doppler fœtal : ce petit boîtier permet de détecter le pouls, d’écouter le cœur du bébé et de déceler des anomalies voire certaines pathologies gestationnelles. 

-          Le moniteur fœtal/cardiotocographe : permet de réaliser à la fois un enregistrement du rythme cardiaque fœtal et un enregistrement des contractions utérines. 

-          Un échographe : appareil dont la technique d’imagerie est basée sur l’utilisation d’ultrasons, qui permet de dépister de nombreuses pathologies.  Grâce à une sonde, le médecin va pouvoir visualiser des images de l’intérieur du corps. L’échographie est également l’outil indispensable lors du suivi de grossesse et va permettre au médecin d’étudier avec précision la croissance du fœtus, détecter d’éventuelles anomalies et déterminer le sexe du bébé. 

-          Une sonde vaginale : qui aide les femmes qui souffrent de vaginisme, et qui permet également la rééducation du périnée des jeunes mères. 

-          Un divan gynécologique : élément primordial pour rassurer votre clientèle mais aussi pour permettre de pratiquer tous vos examens dans les conditions optimales. 

-          Instruments à usage unique : spéculums gynécologiques, pinces,… 

-          Consommables : gel pour échographie, gants d’examen, compresses, draps d’examen… 

-          Gamme de rééducation périnéale : pessaires, dilatateur vaginal, perles d’exercices, masseurs intimes…

 

Dans la majorité des pays, le métier de sage-femme est considéré comme une profession paramédicale. Son statut et ses compétences sont différents.

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, le métier de de sage-femme est défini comme :

« Une personne qui a suivi un programme de formation reconnu dans son pays, a réussi avec succès les études afférentes et a acquis les qualifications nécessaires pour être reconnue ou licenciée en tant que sage-femme. Elle doit être en mesure de donner la supervision, les soins et les conseils à la femme enceinte, en travail et en période post-partum, d'aider lors d'accouchement sous sa responsabilité et prodiguer des soins aux nouveau-nés et aux nourrissons. Ses soins incluent des mesures préventives, le dépistage des conditions anormales chez la mère et l'enfant, le recours à l'assistance médicale en cas de besoin et l'exécution de certaines mesures d'urgence en l'absence d'un médecin. Elle joue un rôle important en éducation sanitaire, non seulement pour les patientes, mais pour la famille et la préparation au rôle de parents et doit s'étendre dans certaines sphères de la gynécologie, de la planification familiale et des soins à donner à l'enfant. La sage-femme peut pratiquer en milieu hospitalier, en clinique, à domicile ou en tout autre endroit où sa présence est requise. »

Pour devenir sage-femme en France,  il faut suivre une formation de de 5 ans après le bac. Pour devenir sage-femme, il faut obtenir le diplôme d’État de sage-femme, qui se prépare en 4 ans dans une école de sages-femmes rattachée à un CHU, après avoir réussi la PACES (Première Année Commune aux Etudes de Santé). Elle débouche ensuite sur le concours d’entrée en école de sages-femmes.

Depuis Juillet 2009 et la réforme dite "Hôpital, Patients, Santé, Territoires", les sages-femmes peuvent réaliser  des consultations gynécologiques préventives et de prescrire des moyens de contraception. Les sages-femmes sont depuis toujours au cœur de la vie des femmes et notamment au moment de la grossesse et des accouchements. Leur champ d'action est de plus en plus grand et va continuer à se développer au cours des années à venir.